EXAMEN : BAC C-D & E SESSION 2005

 

Premier sujet : Le travail est-il pour l’individu le moyen pour devenir une personne ?

 

Deuxième sujet : « L’homme n’a pas d’histoire mais il est une histoire ».

Qu’en pensez-vous ?

 

Troisième sujet :

Dégagez l’intérêt philosophique de ce texte à partir de son étude ordonnée.

           

Je ne puis faire entendre la conduite que l’on doit garder pour rendre les démonstrations convaincantes, qu’en expliquant celles que la géométrie observe, et je ne le puis faire parfaitement sans donner auparavant l’idée d’une méthode encore plus éminente et accomplie, mais où les hommes ne sauraient arriver : car ce qui passe la géométrie nous surpasse (…). Cette véritable méthode, qui formerait les démonstrations de la plus haute excellence, s’il était possible d’y arriver, consisterait en deux choses principales : l’une, de n’employer aucun terme dont on n’eût auparavant expliqué nettement le sens ; l’autre, de n’avancer aucune proposition qu’on ne démontrât par des vérités déjà connues ; c’est-à-dire, en un mot, à définir tous les termes et à prouver toutes les propositions. Certainement cette méthode serait belle, mais elle est absolument impossible : car il est évident que les premiers termes qu’on voudrait définir en supposeraient d’autres qui les précédassent ; et ainsi il est clair qu’on n’arriverait jamais aux premières. Aussi, en poussant les recherches de plus en plus, on arrive nécessairement à des mots primitifs qu’on ne peut plus définir, et à des principes si clairs qu’on n’en trouve plus qui soient davantage pour servir à leur preuve. D’où, il paraît que les hommes sont dans une impuissance naturelle et immuable de traiter quelque science que ce soit, dans un ordre absolument accompli.

B. PASCAL, De l’esprit géométrique.